vendredi 29 août 2014

Dimanche 30 août : La retraite des Alliés


- Le repli des troupes de la Ve Armée, via les faubourgs de Laon où elles font en général une halte, se poursuit. Les états-majors et les convois passent les premiers ; l’infanterie, en cette journée, traverse le nord de l’Aisne.
- Plus à l'ouest, les troupes britanniques elles aussi en recul parviennent à Soissons et dans ses périphéries, fortement pressées par les avant-gardes allemandes qui avancent sur l'Oise ; certains habitants ont d’ailleurs du mal à distinguer les deux armées, que ce soit par la langue ou les uniformes... « Le matin, nous apprenons que de nombreux Anglais sont cantonnés à Vezaponin. Nous nous promettons d’aller les voir. De nombreux aéroplanes survolent la région. L’après-midi, nous allons voir les Anglais. J’essaie avec eux mon petit vocabulaire et revient content. Mais vers cinq heures de l’après-midi, le bruit court que des jeunes sont venus de villages voisins prévenir les Anglais qu’une patrouille de 9 uhlans était arrivée à Saint-Aubin. […] Tout le monde est affolé à la pensée que l’ennemi est si proche. » (Robert Mouton, 13 ans alors, en vacances au nord de Soissons).

- Les administrations publiques ont toutes quitté Laon. A Craonne, le receveur des postes reçoit l'ordre de briser ses appareils et de partir.

- A Reims, « un vent de panique souffle de plus en plus » (P. Hess)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire