dimanche 24 août 2014

Semaine 4 - Du 24 au 30 août 1914: l'avancée allemande et Guise



- Dans la semaine du 24 au 30 août, les combats touchent les habitants du Chemin des Dames, indirectement d'abord puis de plus en plus concrètement. Les Allemands pénètrent dans l'Aisne, précédés par des troupes alliées en repli et des civils terrifiés. La fin de semaine est marquée par la bataille de Guise, réussite française au niveau de l'état-major, nouvelle source d'inquiétude en ce qui concerne la population. Voici les détails ...


- Le lundi 24 août, la guerre devient encore plus présente pour les habitants du Chemin des Dames. En effet, après avoir connu le déroulement des événements de façon très parcellaire et sèche par les communiqués et les journaux, ils voient arriver les premiers militaires puis les premiers civils belges qui fuient les progrès allemands ; la tension monte encore d'un cran lorsque les trains remplis de nombreux blessés se succèdent dans les gares et les carrefours ferroviaires. A Laon, « ce soir-là, la population s'alarma. »
- Le lendemain, 25 août, le flux de réfugiés devient abondant, répandant informations vraies et rumeurs sur la situation des villes de Belgique et du Nord et sur le traitement infligé aux civils. « C'était donc bien vrai que l'invasion commençait,  puisque les pauvres eux-mêmes, eux qui n'avaient rien à perdre, se sauvaient. » (Marquiset)

- Partout, à présent, les habitants entendent les bruits des canons qui tonnent ; même à Presles-et-Boves, sur l'Aisne, à des dizaines kilomètres des combats, malgré la protection sonore constituée par les reliefs, le 24. « Ca va mal. » (C. Bernier)


- Le 25, un ordre préfectoral demande aux Axonais de déposer leurs éventuelles armées à feu à la mairie de chaque village et de rester calme en cas d'arrivée de l'ennemi.
- Les administrations commencent à réduire leurs horaires d'ouverture, puis transfèrent une partie de leur personnel et de leurs activités, avant de partir totalement. 
- La population de Laon commence à fuir vers Paris, dans des trains bondés et ralentis par l'encombrement des voies et la priorité donnée aux convois militaires. Le phénomène s'amplifie les jours suivants, surtout le 28 lorsque tout espoir de retournement militaire est perdu.
- Le 26 au soir, le Journal de Laon annonce qu'il ne paraîtra plus.


- Dans la nuit du 25 au 26, Joffre fixe les nouvelles instructions aux armées. Parmi celles-ci, il demande que Laon serve de base de repli aux troupes belges, notamment celles qui ont évacué Namur (ces unités sont ensuite transférées vers la Normandie pour rejoindre leurs compatriotes combattants).
- Le 26 au matin, le général Lanrezac (Ve Armée) prend le commandement de la place forte de Laon et organise la défense de la position ; la ville devient son QG le 28.




(NDLA : A partir du 29 août, les articles seront quotidiens en raison de la densité des événements dans la région du Chemin des Dames ...)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire