samedi 8 novembre 2014

Semaine 15 - Du 9 au 15 novembre 1914: Morosité française



- Le 10 novembre 1914 est le 100e jour de la guerre.

- Le brouillard matinal quasi quotidien rend très difficile l’utilisation de l’artillerie et complique encore davantage la liaison de celle-ci avec l’infanterie. La vie et les déplacements des soldats ainsi que du matériel se ressentent aussi du mauvais temps.
- Mis à part dans le secteur Chavonne-Soupir, le front est « calme » et se résume à des duels d’artillerie, parfois avec des objectifs lointains mais précis lorsque l’on dispose de canons à longue portée (par exemple le 12 novembre le bombardement de Merlet, sur la Suippe, où se trouve un cantonnement allemand, par les batteries françaises des hauteurs de Cormicy).

- Toute la semaine, comme la précédente, les troupes hétérogènes placées sous le commandement du général Deligny par son supérieur à la Ve Armée (Franchet d’Esperey) essaient de reprendre le terrain perdu le 2 novembre au nord de l’Aisne. Mais toutes les attaques sur Chavonne sont des échecs, que ce soit les 9 et 10 ou le 12. Par conséquent, l’état-major renonce le lendemain, pour ne pas gaspiller des troupes déjà épuisées et amoindries.
- Ce sont les derniers combats d’envergure dans la région du Chemin des Dames pour cette année 1914 …

- Le dimanche 15, il gèle un peu et quelques flocons passent dans la journée ; civils et soldats se dirigent vers leur premier hiver de guerre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire