Passage à un rythme quotidien

A compter du 16 mars, j'essaierai de publier un billet par jour pour tenir compte de l'intensité des événements au Chemin des Dames, entre retrait allemand et offensive Nivelle ...

jeudi 24 décembre 2015

Semaine du 20 au 26 décembre 1915 - Deuxième Noël de guerre, sous la pluie ...



- La crue de l’Aisne cesse dans un premier temps ; le niveau de la rivière commence même à baisser un peu chaque jour jusqu’au 24, avant de remonter suite à des pluies très fortes en fin de semaine. La situation redevient immédiatement problématique : dans la seule journée du 26, l’Aisne monte de 21 centimètres. Plusieurs tranchées et abris français doivent être abandonnés, autour de la Miette et du Ployon notamment.
- Les pluies, souvent fortes, rendent très difficiles la vie et les activités dans les tranchées, même si elles ont l’avantage d’éloigner un peu le risque de l’affrontement. Par exemple le 22, au 57e RI : « Journée calme à cause du mauvais temps. Pluie persistante depuis plus d’une quinzaine, par moments sautes violentes de vent. Les Allemands doivent, comme nous, être surtout occupés à réparer les nombreux dégâts commis par le mauvais temps. On est partout dans la boue. »

- Du côté de Vailly-sur-Aisne, les Allemands qui ont réussi à reprendre le 19 les deux tranchées perdues le 15 poursuivent un temps leur bombardement intense pour dissuader les Français de tenter quoi que ce soit.
- Une fois cette action passée, l’activité militaire reprend son cours habituel dans le secteur du Chemin des Dames : duels d’artillerie, mines, travaux d’aménagement.

- Pour soldats et civils, c’est la deuxième célébration de Noël en guerre, et parfois sous occupation. A Chaillevois, « les Allemands célèbrent la Noël avec des pins illuminés et de nombreux rafraîchissements. Cependant la nuit n’a pas été troublée par des chants et par des cris d’orgie » (Alexis Desaint).
- « Pendant la nuit du 24 au 25 on entend de nombreux chants dans les tranchées allemandes. Quelques tirs nourris sur les tranchées adverses font cesser ces chants » (JMO Ve Armée).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire