jeudi 31 mars 2016

Semaine du 20 au 26 mars 1916 - Mouvements de troupes et réorganisation



- Les états-majors des deux armées poursuivent les relèves des troupes qui souffrent énormément à Verdun. C’est ainsi que, côté français, la 67e DI vient s’installer en arrière du front du Chemin des Dames ; « elle a été très éprouvée à Verdun » (JMO Ve Armée). Les mouvements de troupes entraînent un certain désordre et des encombrements sur les routes de l’arrière-front, qui gênent communications et ravitaillement.
- On profite de ces journées pour améliorer les positions, améliorer les conditions matérielles, tester des armes (effusion de gaz pour les Français vers le fort de la Pompelle par exemple). On ajuste les stratégies : « A propos de Reims, arrive une longue lettre du G.A.C., prescrivant d’organiser la lisière même de la ville et d’y prévoir la guerre de rues en cas d’attaque. Reims ne doit pas être pris. C’est une orientation nouvelle des idées. » (JMO Ve Armée)

- En ce qui concerne les combats, la semaine est redevenue « calme », sauf dans le secteur du Bois-des-Buttes, qui subit encore les conséquences des affrontements des jours précédents : duels d’artillerie et patrouilles sont fréquents, les Allemands cherchant à dissuader les Français d’une opération de reconquête, les Français espérant pouvoir mener celle-ci en profitant d’une éventuelle faille dans le réseau de leurs ennemis.
- Enfin, à partir du 25, la guerre des mines se « réveille » à la Cote 108.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire