jeudi 31 mars 2016

Semaine du 27 mars au 2 avril 1916 - Calme et beau temps



- Semaine sans affrontements militaires importants, si l’on excepte l’activité « normale » dans le secteur. Le ciel dégagé permet une activité intense de l’aviation, surtout en fin de semaine, et la prise de nombreuses photographies.

- Le 29 mars, à l’est de la zone, « l’événement du jour est la visite à la Ve Armée du Général Commandant en Chef et du Généralissime de l’armée italienne. Arrivée à 11h15. Déjeuner chez le général. Revue de la 91e Brigade et du 6e Spahis. Visite de Reims. Arrêt au moulin de Verzenay. Départ pour Châlons. La journée a été bien remplie, le temps superbe. Cependant sur le front tout est calme. » (JMO Ve Armée)


Semaine du 20 au 26 mars 1916 - Mouvements de troupes et réorganisation



- Les états-majors des deux armées poursuivent les relèves des troupes qui souffrent énormément à Verdun. C’est ainsi que, côté français, la 67e DI vient s’installer en arrière du front du Chemin des Dames ; « elle a été très éprouvée à Verdun » (JMO Ve Armée). Les mouvements de troupes entraînent un certain désordre et des encombrements sur les routes de l’arrière-front, qui gênent communications et ravitaillement.
- On profite de ces journées pour améliorer les positions, améliorer les conditions matérielles, tester des armes (effusion de gaz pour les Français vers le fort de la Pompelle par exemple). On ajuste les stratégies : « A propos de Reims, arrive une longue lettre du G.A.C., prescrivant d’organiser la lisière même de la ville et d’y prévoir la guerre de rues en cas d’attaque. Reims ne doit pas être pris. C’est une orientation nouvelle des idées. » (JMO Ve Armée)

- En ce qui concerne les combats, la semaine est redevenue « calme », sauf dans le secteur du Bois-des-Buttes, qui subit encore les conséquences des affrontements des jours précédents : duels d’artillerie et patrouilles sont fréquents, les Allemands cherchant à dissuader les Français d’une opération de reconquête, les Français espérant pouvoir mener celle-ci en profitant d’une éventuelle faille dans le réseau de leurs ennemis.
- Enfin, à partir du 25, la guerre des mines se « réveille » à la Cote 108.

dimanche 6 mars 2016

Semaine du 6 au 12 mars 1916 - "L'ennemi se réveille": le début des combats du Bois-des-Buttes



- Des temps difficiles commencent pour les Français dans le secteur du Chemin des Dames.


- Le lundi 6 mars est une « mauvaise journée à tous points de vue ». Après l'épisode de la ferme du Metz, qui a vu, tard la veille, une patrouille allemande capturer sans combattre une vingtaine de soldats du 322e RI, les mauvaises nouvelles s'enchaînent. A la Cote 108, un camouflet allemand asphyxie quarante sapeurs. « Enfin, à Oulches, un canonnier rentre dans son abri rapportant un obus de 15 non éclaté. Il le laisse tomber : résultat, quinze tués, deux blessés. Ce n'est pas faute d'avoir répété dix fois l'interdiction de toucher aux engins non explosés ! »

- Chaque jour, dans les deux camps, on retire des moyens pour les diriger vers le front de Verdun, ce qui limite leurs moyens d'action (à la Ve Armée française par exemple, des camions pour le transport et des unités aériennes) ; les relèves commencent à s'organiser : le 18e CA s'apprête ainsi à relever un corps épuisé par les combats verdunois.



Le Bois-des-Buttes

- Le vendredi 10 mars, « l'ennemi se réveille. Ce matin, à six heures, a commencé un bombardement lent sur tout le front de Berry-au-Bac à Craonne. A midi, le feu se concentre plus violent sur le bois des Buttes, tenu par le 276e . La tranchée de 1ère ligne est nivelée. Les abris s'effondrent. Notre artillerie répond, mais le tir ennemi continue aussi violent. A 16h, l'infanterie ennemi débouche de ses tranchées. D'un bond elle enlève la 1ère ligne du Bois des Buttes et du Bois Franco-Allemand, précédé d'une pluie d'obus asphyxiants et lacrymogènes, sans arrêt et sans laisser assez de répit, elle progresse jusqu'à la lisière ouest et sud du Bois-des-Buttes est s’empare de tout le Bois Franco-Allemand. »  (JMO Ve Armée)





NB : une entrée spécifique sera consacrée à la journée du 10 mars 1916