Bataille de La Malmaison

Bonjour et merci aux visiteurs

Rythme quotidien pendant la bataille de La Malmaison.

.

dimanche 1 janvier 2017

Semaine du 1er au 7 janvier 1917 - Evolutions importantes dans les états-majors, "calme" sur le terrain

L’arrivée de la VIe Armée
- Des changements majeurs ont lieu en ce qui concerne l’organisation des unités au plus haut niveau en cette première semaine de l’année.
- Le Q.G. de la VIe Armée (général Mangin) fonctionne officiellement à Oulchy-le-Château à partir du mardi 2 janvier, après plusieurs jours d’un transfert et d’une installation complexes. Il s’agit pendant les premiers jours de prendre connaissance des unités qui lui sont assignées par le G.A.R. (Groupe d’armées de réserve), commandé par le général Micheler. Le 6 janvier, le général Mangin prend le commandement de son secteur, qui est compris entre Hurtebise, à l’est, et Pernant, à l’ouest de Soissons.
- Par conséquent, la Ve Armée, qui gérait depuis la fin de 1914 l’ensemble du front entre Soissons et Reims, se concentre à présent sur le secteur Hurtebise – fort de La Pompelle.


Les renforts
- De nombreuses unités arrivent dans le secteur pour participer à la future offensive : ce sont surtout des groupes d’artillerie et de Génie qui viennent renforcer les troupes déjà présentes. On se retrouve « très à l’étroit » (JMO Ve Armée) en attendant de meilleures répartition et organisation.


La situation militaire
- Sur le terrain, un grand calme règne, d’autant que côté allemand aussi il y a de nombreux mouvements de troupes et des relèves ; des déserteurs en profitent pour se rendre en plus grand nombre qu’à l’accoutumée.
- L’essentiel de l’activité des soldats est le travail d’entretien et de réparation des tranchées et boyaux, fortement malmenés par la pluie dans les derniers jours de décembre.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire