Passage à un rythme quotidien

A compter du 16 mars, j'essaierai de publier un billet par jour pour tenir compte de l'intensité des événements au Chemin des Dames, entre retrait allemand et offensive Nivelle ...

dimanche 19 mars 2017

19 mars 1917



- La journée est bien distincte selon que l’on est une unité face à laquelle le repli est effectif depuis la veille, autour de Soissons, ou une unité qui attend (espère ?) un possible retrait à son tour, plus à l’est.

- Finalement, les Allemands ne poursuivent pas le retrait au-delà des positions de la veille. « A 9 heures du soir, on signale de nombreux incendies en arrière du front ennemi, entre Craonne et l’Aisne. Des reconnaissances tâtent l’ennemi sur tout ce front : elles sont partout reçues à coups de fusils. » (JMO Ve Armée)
- En revanche, l’avancée française s’organise afin de voir jusqu’où les Allemands reculent et quels peuvent être les gains liés à l’opération au nord et nord-est de Soissons. Des renforts arrivent pour épauler la 127e DI qui occupe ce secteur (158e DI, 2e Spahis, un escadron du 25e Dragons). Les Français parviennent à faire passer l’essentiel de l’artillerie nécessaire en rive droite de l’Aisne dans le courant de ce 19 mars.
- « En fin de journée, le front atteint passe par le bois Baltan [nord de Venizel], Bucy-le-Long (avec éléments avancés au Moncel, à la ferme de la Montagne), et par la ferme Perrière, Clamecy et Leury, Chavigny et Villers-la-Fosse. Les patrouilles envoyées sur le front du 6e CA et du 2e CAC ont constaté la présence de l’ennemi dans les tranchées de 1ère ligne. » (JMO VIe Armée)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire