lundi 6 mars 2017

Semaine du 5 au 11 mars - Poursuite de la réaction allemande



- «L’artillerie allemande, depuis quelques jours, a complètement changé son régime habituel. Outre de nombreux réglages discrets sur les points de passage forcés (ponts de l’Aisne, de la Vesle, etc), elle gêne la nuit nos ravitaillements, exécute des tirs d’efficacité (ponts de Pontavert, Gernicourt, Cormicy). De même, l’aviation ennemie, sensiblement renforcée, nous oppose de sérieux barrages, tout en restant à l’intérieur de ses lignes» (JMO Ve Armée). Le 11, justement, le pont de Pontavert est démoli par les canons allemands. Bourg-et-Comin et Fismes sont bombardés « assez sérieusement. » (VIe Armée)
- Les conditions climatiques s’allient souvent aux Allemands : le 9, par exemple, les mouvements de l’artillerie lourde française sont impossibles à cause d’abondantes chutes de neige.

- Dans le même temps, les actions ponctuelles se poursuivent. Le 9, côté français, « à 23 heures un coup de main préparé sous la direction du colonel Leroux, commandant le 228e, commandant du sous-secteur et exécuté par le lieutenant Berthelot du 12e Cuirassiers avec quarante cavaliers, atteint pleinement son objectif. A la faveur d’un tir d’encagement court mais assez violent encadrant l’objectif, le détachement, revêtu de couvre-casque et de treillis blancs à cause de la neige, fait irruption dans la 1ère ligne allemande au point W (N.E. de Saint-Paul), nettoie l’abri qui y avait été repéré et ramène 10 prisonniers. Aucune perte de notre côté. » (JMO 158e DI)
- Le 11, ce sont les Allemands qui connaissent la réussite : ils capturent 6 soldats du 43e RI au nord-est de Craonnelle (cependant en laissant un mort sur le terrain).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire