Bataille de La Malmaison

Bonjour et merci aux visiteurs

Rythme quotidien pendant la bataille de La Malmaison.

.

dimanche 26 février 2017

Semaine du 26 février au 4 mars 1917 - L'artillerie allemande contre les préparatifs français



- La semaine est marquée par la finalisation par Nivelle de son offensive ; le général français obtient le commandement unique interallié le 27 à la conférence de Calais et fixe immédiatement dates et objectifs précis, à ses troupes dans l’Aisne et aux Britanniques autour d’Arras.

- Au Chemin des Dames, au tournant des mois de février et mars 1917, les Allemands changent d’attitude et commencent à employer une stratégie clairement destinée à contrecarrer ou ralentir la préparation de l’offensive française. « L’activité de l’artillerie ennemie a augmenté sensiblement ces derniers temps. Les Allemands semblent viser particulièrement les points de passage de l’Aisne. » (JMO VIe Armée)
- Les mouvements de troupes se poursuivent côté français, tandis qu’en première ligne seules les actions habituelles sont à signaler ...

vendredi 17 février 2017

Semaine du 19 au 25 février 1917 - Nombreux coups de main



- Semaine globalement calme mais marquée par de petites actions très ponctuelles sur tout le front, dans les deux camps.
- Le 23 par exemple, près de Villeneuve-Saint-Germain, « à 7 heures 30, un détachement de 10 Allemands ayant passé l’Aisne, réussit grâce au brouillard à s’approcher de l’homme placé en sentinelle, à 50 mètres en avant du P.P. [Petit Poste avancé] des Bidons (13e Cie) et après l’avoir blessé par des grenades, à l’emmener prisonnier » (JMO du 228e RI)
- Le 25, un détachement de 40 cavaliers du 5e Cuirassiers à pied attaque et occupe une tranchée allemande sur l’île entre l’Aisne et le canal près de Vailly ; ils capturent 5 soldats du 186e régiment bavarois. Le lendemain, lundi 26, les Allemands reprennent possession des lieux « après une grosse préparation d’artillerie » (JMO 158e DI)

- Pour le reste, on poursuit côté français les préparatifs de l’offensive tandis qu’au sommet de l’état-major on affine la stratégie et le rôle attribué à la bataille sur le Chemin des Dames.

dimanche 12 février 2017

Semaine du 12 au 18 février 1917 - Mort d'un colonel



- La semaine commence par la mort d’un officier supérieur, commandant de régiment, fait extrêmement rare en période « calme ». Le lundi 12 février, à 10h15, près de Vendresse, le lieutenant-colonel (53e RIC) Henri Lehagre « observait les tranchées ennemies après s’être rendu au point de nos lignes où les efforts de bombardement de la veille s’étaient faits particulièrement sentir. Le général Marchand commandant la division le rejoignait. Le groupe était aperçu par les sentinelles allemandes qui se trouvaient à une cinquantaine de mètres de notre ligne et ouvraient le feu. A la 2e décharge le lieutenant-colonel Lehagre tombait, frappé d’une balle en plein cœur » (JMO 53e RIC). Le lieutenant-colonel Dumas est nommé à sa place. Henri Lehagre, originaire du Morbihan, est inhumé le 14 dans le cimetière de l’église de Pargnan, près du PC de la division ; il est aujourd’hui enterré à la nécropole nationale de Loupeigne (tombe 192).


- La semaine est par ailleurs marquée par de nombreux coups de main dans les deux camps sur tout le secteur : le 13, près de Betheny, les Français de la 151e DI font une trentaine de prisonniers ; ils perdent à l’inverse 2 cuirassiers du 5e régiment le lendemain près de Vailly lorsque ces hommes se montrent assez imprudents au moment d’une relève (un troisième, blessé, fait le mort et n’est pas emporté).
- En parallèle on poursuit les aménagements et ajustements en vue de l’offensive. Le 12, le QG de la VIe Armée s’installe à Fère-en-Tardenois après qu’on a essayé en vain de trouver un lieu autour de Château-Thierry.