Bataille de La Malmaison

Bonjour et merci aux visiteurs

Rythme quotidien pendant la bataille de La Malmaison.

.

vendredi 31 mars 2017

31 mars 1917



- « Rien de particulier à signaler. » (JMO Ve Armée)
- Situation globalement inchangée par rapport à la veille. Les Français ne parviennent pas à progresser, les Allemands à reprendre les quelques secteurs ponctuels perdus la veille. Les artilleries des deux camps se montrent particulièrement efficace pour empêcher tout résultat probant.

jeudi 30 mars 2017

30 mars 1917



- Pour les Français, l’objectif de cette journée est une nouvelle fois de progresser vers les hauteurs dans la nouvelle zone de combat, afin notamment de pouvoir mieux disposer l’artillerie ; la date-butoir fixée pour y parvenir est le 3 avril. Evidemment, ils se heurtent à une forte résistance allemande, qui leur dispute ces positions avantageuses. Malgré les combats, le statu quo est partout général en cette journée où le mauvais temps ne permet pas d’organiser de grandes opérations. La seule exception notable est dans le secteur de Vauxaillon la prise de la ferme d’Antioche et de ses alentours par le 65e RI, appuyé à sa gauche par le 137e qui lui s’empare de celle des Tueries.

- Par ailleurs, la mise en place de l’offensive se poursuit. Dans ce cadre par exemple, le QG de la VIe Armée (général Mangin) s’installe à Fismes.  

mercredi 29 mars 2017

29 mars 1917



- La VIe Armée française essaie à nouveau de grignoter du terrain « en vue de se rapprocher de la ligne Hindenburg » mais ne peut progresser réellement.

- Pour la première fois depuis 10 jours, Soissons est bombardé : la ville reçoit 35 obus de gros calibre, notamment le quartier de la gare.
- De l’autre côté, Reims est aussi particulièrement ciblé : 500 obus de 150 pendant la journée. C’est globalement tout l’arrière, les cantonnements et les voies de communication que visent les Allemands, afin de gêner l’arrivée des troupes françaises.